La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Demandez le programme !
21 Août 2019
Brioude

19°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Valentin Robert : le roi de la liqueur artisanale "made in Champagnac"

Valentin Robert : le roi de la liqueur artisanale "made in Champagnac"

01 Avril 2019
De la culture des plantes à la mise en bouteille, tout se fait à Champagnac-le-Vieux.
De la culture des plantes à la mise en bouteille, tout se fait à Champagnac-le-Vieux.

Depuis le mois de juillet, Valentin Robert s’est lancé dans l’élaboration de liqueurs artisanales. Et le succès est au rendez-vous.


Valentin Robert n’est pas alchimiste. Pas sorcier non plus. Et encore moins magicien. Mais depuis plusieurs mois, dans son petit local à Champagnac-le-Vieux, il transforme des feuilles de verveine, des tiges d’angélique ou des morceaux de poire en délicieuses liqueurs. Des breuvages qui ont d’abord régalé les palais de ses copains, des curieux et aujourd’hui de nombreux clients. Les secrets de sa recette ? L’envie d’entreprendre et une méthode artisanale.

"Pour la verveine comptez  entre deux et trois mois  de macération"

« Mon grand-père faisait des gnoles et des liqueurs, en ce sens on peut dire que c’est un peu une affaire de famille ! Mais tout est véritablement parti de mon ami Sylvain qui lui-même en faisait pour le plaisir. Il a bien voulu partager sa recette avec moi… Et j’ai commencé comme ça, tout simplement. C’est une production qui ne demande pas un gros investissement. »

Car Valentin a opté pour une méthode artisanale et une production locale. À Champagnac, il cultive sa propre verveine et a planté ses pieds de framboise sur un demi-hectare. « Le plus long, c’est de ramasser les fruits et de les dépiauter à la main. Heureusement dans cette aventure, je peux compter sur Amandine (sa femme) et sur nos familles… ».

Chez lui pas d’alambic. Fruits, feuilles, tiges et plantes sont mélangés à de l’alcool à 96° dans de grands bidons. C’est le procédé de la macération. Une technique qui permet d’extraire les saveurs. « Le temps de macération varie en fonction des plantes ou fruits. C’est une étape primordiale. Pour la verveine, par exemple, il faut compter entre deux et trois mois et plus de quatre mois pour la prunelle. La température de mon local entre aussi en jeu : elle doit varier entre 5°C et 15°C. »

Une fois le temps de macération écoulé, Valentin filtre sa production et la mélange à un sirop fait d’eau et de sucre bio. « Là, c’est des mathématiques, sourit-il. Il faut arriver à passer de 96° d’alcool à 35° par exemple pour la verveine. » Le tour est joué. Reste à mettre en bouteilles et à coller les petites étiquettes : La Reine des Vertes. En moyenne, il produit 200 bouteilles tous les deux mois...

Mathilde Fontès


Article publié le 01/04/2019 à 10:32
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
16/08/2019 15:35
Demandez le programme !

09/08/2019 15:10
Demandez le programme du week-end !

09/08/2019 10:18
La Haute-Loire en vigilance orange orages

02/08/2019 16:56
Demandez le programme !

30/07/2019 19:33
Bournoncle-Saint-Pierre : un incendie se déclare au bord de la RN 102, au lieu-dit Les Combes

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2019 www.laruche.fr. Tous droits réservés.