La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Bournoncle-Saint-Pierre : un écobuage enfume la RN 102
23 Février 2020
Brioude

13°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Plongez au cœur de la guerre 39-45

Plongez au cœur de la guerre 39-45

02 Février 2020
Patricki Vallat, président de l’association Les greniers de nos soldats et Delphine Lacapelle, conservatrice.
Patricki Vallat, président de l’association Les greniers de nos soldats et Delphine Lacapelle, conservatrice.

L’association Les greniers de nos soldats, qui a vu le jour en juin 2019, organise une grande exposition sur les Guerres, principalement la Seconde et la Résistance à l’espace Jean-Pradier, à Brioude de mars à fin juin.

Un parcours de mémoire. Un cheminement chronologique à travers la Seconde Guerre mondiale, en passant par la Première et même la guerre franco-allemande de 1870. « Les unes ne vont pas sans les autres. Elles sont liées », assurent Patrick Vallat, président de l’association Les greniers de nos soldats et Delphine Lacapelle, conservatrice de l’association.

La grande exposition, couvrant 200 m² de surface, qui se prépare dans l’ancienne école Jean-Pradier s’apprête à retracer l’histoire de la guerre. « De l’exode de 1940, puis à travers les stalags, les camps de prisonniers destinés aux soldats et sous-officiers, elle fera aussi découvrir la France coupée en deux, zone occupée et zone libre. Elle prévoit aussi un voyage au sein de la Résistance qui se met en place en France, en Italie ou encore en Allemagne, jusqu’à la Libération, explique Delphine Lacapelle. Et comment parler de la Seconde Guerre mondiale sans présenter le débarquement du 6 juin 1944, les combats et la découverte des camps de concentration par lesAlliés… » Des documents d’archives rares prouveront et retraceront d’ailleurs cette partie de l’histoire, que beaucoup de personnes nient ou ignorent. « Nous pourrons les montrer et dire aux gens “arrêtez de douter” », insiste la conservatrice.

Sept décors historiques

Une exposition présentée à travers sept décors d’époque reconstitués : une grange, une cuisine, une cabane de résistants dans les bois… Comme si on y était. « D’où l’importance de la collecte d’objets. Si des gens veulent nous confier des documents, des objets militaires ou du quotidien, nous sommes preneurs et nous avons la capacité de bien les conserver. On archive et on catalogue tout de façon professionnelle. »

En effet, en plus des trois collectionneurs et passionnés d’histoire qui vont exposer leurs richesses historiques, Patrick Vallat, Sébastien Mathieu et Karine Chapon de l’aéro-club de Brioude (qui avait déjà préparé l’exposition sur Eugène-Gilbert), Les greniers de nos soldats ouvrent aussi leurs « vitrines » aux particuliers et aux trésors qu’ils conservent dans leurs greniers (voir ci-contre). « Brioude et le Brivadois ont été très acteurs de la Résistance et de la libération de l’Auvergne. Il a même été le premier territoire de France libéré », déclare Delphine Lacapelle. De tout ça, il doit en rester des traces un peu partout, dans les armoires, dans les greniers, les garages… « Il faut éviter à tout prix que des choses partent à la poubelle », insiste la conservatrice.

« L’objectif, c’est une mise en valeur de l’histoire telle qu’elle s’est réellement passée. » Montrer la réalité de la Guerre à travers des illustrations concrètes : des cartes postales, des décors fidèles, des objets, des uniformes, des documents, des lettres de soldats, des photos de résistants et des camps de concentration… « Avoir des personnes en face, de vrais visages, pour se rendre compte… et pas seulement une ligne sur un monument aux morts », appuie Delphine.

Une exposition historique et vivante qui se destine également et plus que jamais aux scolaires. Car le devoir de mémoire passe aussi et surtout par les jeunes. Ce sont eux l’avenir de la France. « En plus des visites guidées, nous voulons également installer un système d’audioguides », laissant plus de liberté aux visiteurs.

Le désir de pérenniser cette exposition

Le rêve absolu de l’association Les greniers de nos soldats ? À terme, ce serait de pérenniser cette exposition sans précédent, à l’ancienne école Jean-Pradier ou ailleurs, dans un autre local et ainsi de pouvoir la développer à travers de nouveaux partenariats à travers l’Auvergne et même la France…

À savoir, que Les greniers de nos soldats travaillent déjà main dans la main avec l’Association des fils et filles de Résistants qui ont mis à disposition un grand nombre de documents pour cette exposition, notamment dans le centre de recherche situé au premier étage de l’espace Jean-Pradier, juste au-dessus de l’exposition. Ce dernier est riche de nombreux ouvrages et documents, ainsi que de trois postes informatiques reliés à Internet. Et quoi de plus noble que de vouloir à tout prix entretenir le devoir de mémoire sur le Brivadois ?


Une collecte tous les samedis

Tous les samedis matin de 10 heures à 12 h 30 jusqu’à fin juin, dans le cadre de son exposition, l’association Les greniers de nos soldats organise une collecte d’objets militaires, mais pas seulement ! « Il nous faut également beaucoup d’objets du quotidien pour la reconstitution des décors d’époque », souligne Patrick Vallat, président de l’association. Le but ? Que les scènes de l’exposition soient les plus réalistes possibles. De la vaisselle, de l’électroménager, des radios, téléphones, de la déco, des meubles… L’association est preneuse. Les greniers de nos soldats se proposent aussi de récupérer (par prêts ou dons) des documents militaires, lettres de soldats et autres documents en lien avec les Guerres. Delphine Lacapelle, conservatrice de l’association se chargera de conserver les documents en question de la meilleure façon qui soit. « Les gens peuvent nous les confier, même si c’est pour les leur restituer ultérieurement. »


Ouverture.  L’exposition devrait ouvrir courant mars et restera ouverte jusqu’à la fin du mois de juin. Des dates plus précises sont à venir.

 


Article publié le 02/02/2020 à 11:58
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
23/02/2020 16:42
Photo d'illustration d'archives
Bournoncle-Saint-Pierre : un écobuage enfume la RN 102

23/02/2020 09:34
Photo d'illustration
Brioude : une jeune scootériste percutée par une voiture, route de Clermont-Ferrand

22/02/2020 11:27
Brioude : collision sans gravité sur l'avenue d'Auvergne

21/02/2020 15:26
Demandez le programme !

19/02/2020 09:28
Salzuit : le camion quitte la route et termine sa course dans un arbre

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2020 www.laruche.fr. Tous droits réservés.