La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Demandez le programme !
21 Août 2019
Brioude

19°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Les salariés de Défi Mode créent une Scop pour "sauver tous les emplois qui peuvent l'être"

Les salariés de Défi Mode créent une Scop pour "sauver tous les emplois qui peuvent l'être"

18 Janvier 2019

Après avoir annoncé le 18 décembre 2018, un an seulement après la reprise, qu'il mettait Defi Mode en cessation d'activité, les salariés du siège social et du service logistique de Defi Mode à Brioude annonçaient à leur tour la création d'une Scop.


En effet, aujourd'hui, ce sont 60 magasins qui sont menacés de fermeture soit 220 emplois et autant de familles sur le point de basculer dans la précarité. « On espère pouvoir sauver autant d'emplois que possible », déclarait Maître Philippe Pradal, l'avocat mandaté par les salariés.

Ce vendredi 18 janvier entre midi et deux, la cinquantaine de salariés de Defi Mode Brioude ainsi que dans les deux autres magasins de Haute-Loire (Langeac et Yssingeaux) se sont mis d'accord sur la création d'une Société coopérative et participative (Scop), à travers laquelle les salariés espèrent trouver une solution de reprise pour les 60 magasins de Defi Mode. « Nous voulons sauver le plus d'emplois possible et si des salariés perdent leur emploi, nous voulons qu'ils puissent bénéficier de réelles mesures d'accompagnement. »

Vendredi, Christel Delherme, déléguée syndicale CGT de l'entreprise accusait notamment la direction de Defi Mode de ne pas avoir cherché à sauver des magasins ainsi que leurs fonds de commerce en cherchant d'éventuels repreneurs. A travers la Scop, nul doute que les salariés devraient rapidement faire une offre de reprise. « Les salariés ont découvert plusieurs irrégularités de gestion qui ont fait fondre la trésorerie comme neige au soleil », ajoutait l'avocat. Et Christel Delherme de terminer : « Les repreneurs de l'entreprise choisis par Vivarte ont mené sciemment l'entreprise à la cessation d'activité en ponctionnant 30 millions d'euros de trésorerie en peine deux ans !  Ce qu'il faut, c'est vendre et avec l'argent récolté, financer un PSE, se porter candidat pour la reprise et ainsi sauver le plus d'emplois possible. »

De son côté, la direction de Defi Mode, qui n'a pas répondu à nos sollicitations, a dit nous faire parvenir un communiqué en fin de journée.

Géraldine Garcia


Article publié le 18/01/2019 à 17:40
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
16/08/2019 15:35
Demandez le programme !

09/08/2019 15:10
Demandez le programme du week-end !

09/08/2019 10:18
La Haute-Loire en vigilance orange orages

02/08/2019 16:56
Demandez le programme !

30/07/2019 19:33
Bournoncle-Saint-Pierre : un incendie se déclare au bord de la RN 102, au lieu-dit Les Combes

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2019 www.laruche.fr. Tous droits réservés.