http://www.bonyautomobiles.com/renault-occasions-arrivage-de-vehicules-recents-10-kms/
 
 
La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Des fumées s'échappent d'une fenêtre, un HLM de la route de Saint-Flour à Brioude évacué
24 Septembre 2018
Brioude

14°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Les artisous veulent se faire un nom

Les artisous veulent se faire un nom

02 Mars 2018

Depuis plus de deux ans, les producteurs de fromages aux artisous œuvrent pour obtenir une Appellation d’origine protégée. Un label qui leur ouvrirait les portes du marché français.


Apprécié pour son goût boisé et subtilement acide, l’« artisou » fait généralement l’unanimité chez les amateurs de fromage. La seule chose qui lui manque aujourd’hui, c’est la notoriété. Car celle-ci ne dépasse que trop rarement les limites de l’Auvergne.

Titiller la curiosité des consommateurs
 
C’est justement parce qu’ils en ont conscience que les producteurs alitiligériens de fromages aux artisous travaillent depuis plusieurs années à obtenir la précieuse Appellation d’origine protégée. Un label européen exigeant, mais gage de débouchés commerciaux. « Pour celui qui ne connaît pas ce fromage, l’AOP aura tendance à titiller la curiosité, à inciter les gens à le goûter », lance Marie-Agnès Petit, chargée de mission « artisous » à la Chambre d’agriculture et qui se décrit comme une « facilitatrice » du projet.
Les producteurs altiligériens veulent certes dépasser les frontières locales. Mais ils veulent aussi et surtout voir la tradition ancestrale de l’artisou perdurer. « Pour des jeunes qui s’installent cette valorisation du produit est un plus », croit savoir Fabien Fabre, producteur à Saint-Jean-Lachalm et président de l’Association des producteurs fermiers de fromages aux artisous de Haute-Loire.
En route donc pour la chasse au label. Les membres de l’association ont reçu en décembre dernier un technicien de l’antenne aurillacoise de l’Institut national des appellations contrôlées (INAO). Ils ont défriché les quatre grandes étapes de la démarche de labellisation : tout d’abord, trouver un nom au fromage.
 
Géraldine Sellès
 
(La suite de l'article est à retrouver dans notre édition
du vendredi 2 mars 2018)


Article publié le 02/03/2018 à 09:36
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
21/09/2018 18:27
Des fumées s'échappent d'une fenêtre, un HLM de la route de Saint-Flour à Brioude évacué

21/09/2018 15:59
Demandez le programme du week-end !

14/09/2018 15:59
Demandez le programme du week-end !

12/09/2018 09:18
Collision sans gravité à Lempdes-sur-Allagnon

07/09/2018 16:41
Demandez le programme !

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2018 www.laruche.fr. Tous droits réservés.