https://www.bonyautomobiles.com/renault-bony-automobiles-foire-aux-pneus/
 
 
La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Demandez le programme !
22 Avril 2019
Brioude

13°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Le nouveau grand pari du cinéma

Le nouveau grand pari du cinéma

20 Mars 2019

 Le cinéma Le Paris n’a jamais été remanié depuis sa construction en 1983. Il devrait s’offrir une nouvelle jeunesse à la fin de l’année 2019.


 « Hormis le passage au numérique et à la 3D en juillet 2012, il n’y a eu aucun travaux au cinéma Le Paris depuis la date de sa construction en 1983 ». Après 36 ans, le cinéma n’est plus de première jeunesse. Sophie Courtine, directrice générale des services de Brioude sud Auvergne, parle d’un bâtiment vieillissant, complexe dans son organisation, qui ne répond pas aux normes d’accès PMR (Personnes à mobilité réduite) et qui est loin d’être idéal pour l’accueil et le confort des spectateurs, notamment d’un point de vue acoustique.


« Un cinéma  plus moderne et plus attractif »
 
Descendre deux étages pour atteindre les caisses, une vie en sous-sol pour les projectionnistes, sans lumière du jour, un bâtiment à la circulation complexe et des sanitaires qui vieillissent mal… « Il est temps de faire quelque chose… » La communauté de communes Brioude sud Auvergne a donc décidé de lancer dès la fin de l’année, un projet qui était dans les cartons depuis 2010 : la réfection totale du bâtiment, et ce dans l’idéal, dès le mois de décembre.
L’accessibilité. Ces travaux qui devraient durer neuf mois vont se dérouler en deux phases. La première devrait rendre accessible le bâtiment aux personnes handicapées, plus particulièrement celles en fauteuil roulant qui pour le moment « sont obligées de sonner à l’arrière du bâtiment pour entrer avec l’aide du projectionniste par une porte dérobée donnant directement accès à la salle obscure, explique Sophie Courtine. C’est assez discriminant. » Un ascenseur sera donc aménagé entre l’entrée et les salles. Et les sanitaires seront installés au rez-de-chaussée, tout comme la caisse qui devrait enfin pouvoir profiter de la lumière du jour. Des aménagements qui nécessitent des travaux importants, notamment de gros œuvre pour la pose de l’ascenseur.
Un relooking. La seconde phase sera plus esthétique, « pour un cinéma moderne et attractif », souligne Sophie Courtine. Elle visera l’embellissement du bâtiment extérieur comme intérieur, ainsi que le confort des usagers. « Des panneaux acoustiques seront ajoutés dans les salles », ainsi qu’un sol souple. Et les fauteuils seront changés.
Une nouveauté. Enfin, il est aussi question d’une troisième phase, qui elle est encore à l’étude de la part de l’architecte : une salle de convivialité, pour la somme de 298.000 €. Mais est-ce un projet pertinent à l’échelle de Brioude ? « Nous avons un cinéma très dynamique, avec un ciné-club qui organise des événements. Il est aussi l’écrin de nombreuses animations tout au long de l’année, comme des ciné-débats », justifie Sophie Courtine. On peut aussi citer la Nuit des femmes, avec les bénévoles du Planning familial. « Ce serait une salle destinée à faire de la médiation culturelle », soulignait Cyrille Sarrias, adjoint à la culture à la Ville de Brioude, lors du conseil communautaire du 13 février. L’architecte travaille donc là-dessus.
Fermeture inévitable. Dernier problème à résoudre pour la com’com Brioude sud Auvergne, la fermeture du cinéma durant de longs mois, inhérente aux travaux.
« Entre le bruit, la poussière… Impossible de proposer un film dans une salle, si les marteaux-piqueurs sévissent dans l’autre juste à côté », souligne justement la directrice générale des services de la com’com. La CCBSA réfléchit donc à une solution pour pallier à ce manque et satisfaire les cinéphiles brivadois. « Pourquoi ne pas délocaliser le cinéma ailleurs durant un temps ou proposer un cinéma itinérant pour éviter une évasion trop forte du public dans d’autres structures. Une fois les personnes parties, c’est difficile de les faire revenir. Nous réfléchissons donc à des pistes, pour proposer autre chose », termine Sophie Courtine.

Article publié le 20/03/2019 à 09:36
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : L'Eveil
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
20/04/2019 12:14
Demandez le programme !

18/04/2019 10:54
Faites place à l’acrobatie !

18/04/2019 10:20
Les élus délégués vont faire la tournée des popotes
 

13/04/2019 19:17
Vergongheon : 200 poules disparues sur le chemin de l'abattoir, entre la Haute-Loire et l'Allier

 

 


12/04/2019 18:06
Demandez le programme du week-end !

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2019 www.laruche.fr. Tous droits réservés.