La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Solidarité et bienveillance s'installent de part et d'autre
02 Avril 2020
Brioude

10°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > La fête est-elle définitivement finie à La Carrière ?

La fête est-elle définitivement finie à La Carrière ?

02 Mars 2020
La dernière discothèque du Brivadois doit fermer pendant deux mois… Avant peut-être un arrêt définitif.
La dernière discothèque du Brivadois doit fermer pendant deux mois… Avant peut-être un arrêt définitif.

Après l’annonce d’une fermeture administrative de deux mois, le propriétaire de La Carrière envisage le dépôt de bilan pour l’unique discothèque du Brivadois.


La Carrière, à Saint-Laurent-Chabreuges, se réveille avec la gueule de bois après l’annonce d’une fermeture administrative de deux mois, le lundi 24 février. Une sentence rarement aussi longue qui intervient après des incidents sur le parking de l’établissement et aux alentours.

Pour le propriétaire de l’unique discothèque du Brivadois, Pascal Louis, c’est le coup fatal. « C’est trop. J’envisage une procédure de dépôt de bilan. » Ne pouvant pas survivre à cette nouvelle fermeture (*), le patron de la boîte de nuit, reprise en 2017, déchante : « La Haute-Loire, c’est fini pour moi. »
 
« Je n’ai jamais vu un tel acharnement »
 
Pour lui, comme pour ses employés et ses clients, le week-end passé était donc le dernier de La Carrière. Sans que personne ne le sache. « J’ai dit à mes employés qu’ils pouvaient chercher du travail dès le week-end prochain ». Huit à neuf temps partiels sont concernés par cette fermeture. « Les autorités locales voulaient fermer la discothèque de toute façon », confie une employée qui a aussi travaillé pour l’ancienne boîte de nuit, L’Hypnos, stoppée en 2015. Cette discothèque, elles n’en voulaient pas, elle gêne certaines personnes. » Employée et patron dénoncent un acharnement de la part des représentants de l’État.
Le gérant ne veut pas qu’on lui mette « sur le dos tous les incidents qui se déroulent dans le Brivadois », sans qu’il puisse se défendre. Dénonçant un effet d’annonce de la part de la sous-préfecture, trouvant là un « coupable idéal ».
 
« En 25 ans dans le monde de la nuit, je n’ai jamais vu un tel acharnement. J’ai eu un rendez-vous avec la sous-préfète (lundi 24 février, ndlr) pour m’expliquer sur ce qu’on me reproche. Ça a à peine duré quinze minutes. Je voulais avoir des détails sur les faits, je voulais me défendre. Mais rien. Je suis arrivé dans le bureau, la décision était déjà prise. Peu importe ce que je disais. La sous-préfète m’a dit que je n’aurais pas non plus de réponses de la gendarmerie. »
« Écœuré, dégoûté », Pascal Louis, conteste les faits qui lui sont imputés. « On » reproche à Pascal Louis et à son établissement des incidents intervenus depuis six mois sur le parking de la boîte ou dans le Brivadois. Le patron refuse d’être désigné comme bouc émissaire. « Si un jeune sort de ma boîte et arrache un panneau à Brioude, ça va être de ma faute maintenant ! On me reproche aussi d’avoir sorti des personnes de ma boîte sans excuses valables. Et puis quoi encore. Les gens que je sors sont ceux qui foutent le bordel. Il faut un justificatif écrit ? » Outre ces faits, Pascal Louis, ancien gérant d’une discothèque de Saint-Flour, reconnaît tout de même la rixe entre deux bandes, intervenue en début d’année sur le parking de La Carrière.
 
Et maintenant ?
 
En colère, Pascal Louis fait à présent les comptes. Cette fermeture et un non-retour sur investissement pourraient lui faire perdre « au moins 80.000 €. » Lui qui a investi pour la remise à neuf de l’établissement en 2017.
Cette décision, que le propriétaire désigne comme « un coup médiatique » ne devrait en plus « rien changer » aux incivilités et aux accidents. « Ça va être pire. Les jeunes vont continuer à sortir, à faire la fête. Sauf que maintenant, ils vont devoir prendre la voiture et faire plus de 50 km. Aller à Clermont, ou Saint-Flour. Et si certains boivent… » Dans un contexte de déclin des discothèques, cette annonce sonnera-t-elle la fin d’une époque ? Celle de la fin des discothèques dans le Brivadois.
 
(*) L’établissement avait déjà subi une fermeture administrative de deux semaines en 2019.
 

Pas de commentaires
 
Contactée, la sous-préfète de l’arrondissement de Brioude, Véronique Ortet, n’a pas souhaité faire de commentaires sur la fermeture administrative de la boîte de nuit La Carrière à Saint-Laurent-Chabreuges.
 

Article publié le 02/03/2020 à 10:38
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
29/03/2020 13:43
Solidarité et bienveillance s'installent de part et d'autre

 

28/03/2020 09:10
Covid-19 : un centre médical pour les patients potentiellement infectés, à l'Île d'amour à Langeac

28/03/2020 08:51
Fin de saison pour les rugbymen amateurs

27/03/2020 20:55
Covid-19 : premier mort en Haute-Loire

26/03/2020 15:57
L'incivilité des gens touche la ville

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2020 www.laruche.fr. Tous droits réservés.