La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Brassac-les-Mines : une voiture sur le toit, mais plus de peur que de mal
21 Mai 2019
Brioude

10°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > L'épicerie de Beaulieu menacée de disparaître

L'épicerie de Beaulieu menacée de disparaître

05 Mai 2019
Loïc Brisard et sa fille Erika à bord de l'épicerie ambulante de la famille.
Loïc Brisard et sa fille Erika à bord de l'épicerie ambulante de la famille.

Pour Loïc et Sylvie Brisard, tout a commencé à l'automne 2014, lui est dans l'enseignement, elle dans le milieu hospitalier. Bien installés en Vendée, ils décident de changer de vie et viennent s'installer en Auvergne à Beaulieu, où ils rachètent l'épicerie du village...


« J’avais envie de garder ce contact avec les personnes âgées. Continuer de les servir », indique Sylvie.

On est en novembre 2014 et une nouvelle aventure démarre pour ces Auvergnats d’adoption. Une petite entreprise qui grandit rapidement avec quelques mois plus tard, en avril 2015, la mise en place d’une tournée dans les villages alentours. Une mission dont s’occupe Sylvie. Au début en voiture seulement pour délivrer le pain mais petit à petit d’autres produits de l’épicerie sont venus s’ajouter.
Rapidement, la place manque et le couple décide de faire l’acquisition d’un camion. Un peu moins d’un an après le début de ses tournées, Sylvie commence à faire le tour des villages avec celui-ci. Une tournée qui commence à 6 h 45 tous les matins, à l’exception du dimanche, et qui se prolonge jusqu’à 13 heures. De Frenier à Brassac-les-Mines en passant par Sainte-Florine ou encore, depuis 2016, Frugères et Vergongheon. « C’est moi qui ai décidé de desservir ces deux communes. On n’y allait pas du tout alors qu’il y avait une demande… », précise Sylvie. Le camion passe également par Moriat et Scoularoux, mais cette fois-ci seulement quatre jours par semaine (mardi, mercredi, vendredi et samedi).
Entre 6.000 et 8.000 € de réparations
« On a des gens qui nous demandent d’aller dans leurs villages, souligne Loïc. Mais malheureusement, on ne peut pas aller partout. » Dans les prochains mois, ça pourrait être nulle part….
En effet, le dernier contrôle technique du camion leur a indiqué entre 6.000 et 8.000 € de réparations à faire dans les deux mois qui viennent. Si cela n’est pas fait, « il n’y aura plus de camion et de tournée », s’attriste Erika, l’une des deux filles du couple. Sans compter que l’épicerie du village serait, elle aussi, en périle « car sans tournée, c’est compliqué. Ajoute Loïc. Puis ça ne ferait qu’un métier pour deux. »
 
Emmanuel Le Nevé
 
Pratique. Pour les aider, retrouvez la cagnotte sur : leetchi.com/c/sauvez-mon-camion-epicerie
 
(L'article dans son intégralité est à retrouver
dans notre édition du vendredi 3 mai 2019)

Article publié le 05/05/2019 à 14:01
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
21/05/2019 09:08
Brassac-les-Mines : une voiture sur le toit, mais plus de peur que de mal

17/05/2019 15:38
Demandez le programme !

10/05/2019 16:42
Demandez le programme du week-end

05/05/2019 19:03
Baptiste Pierron champion d'Europe de VTT de descente au Portugal

03/05/2019 15:07
@Frederic Lonjon
Demandez le programme du week-end !

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2019 www.laruche.fr. Tous droits réservés.