https://www.bonyautomobiles.com/renault-bony-automobiles-foire-aux-pneus/
 
 
La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Demandez le programme !
22 Avril 2019
Brioude

6°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Défi mode : « Une bataille pour l’honneur »

Défi mode : « Une bataille pour l’honneur »

23 Mars 2019

L’Union locale CGT et le Comité social et économique de Défi Mode ont intenté deux actions en justice, ce mercredi 20 mars.


C’est une bataille judiciaire qui commence entre les salariés de Défi Mode et Thierry Dai, président de la société. « Une bataille pour l’honneur. Nous allons chercher les responsables de cette situation », justifie la déléguée du personnel Christel Delherme.

Ainsi, ce mercredi 20 mars, l’union locale CGT a saisi le juge des référés du Tribunal de grande instance du Puy-en-Velay. « Nous demandons au tribunal de faire défense à Défi Mode de cesser l’activité pour un autre motif que celui du dépôt de bilan », détaille l’avocat Philippe Pradal, mandaté par les salariés. Dans le même temps, le Comité social et économique de l’entreprise, représenté par Christel Delherme, a saisi le juge de l’exécution du tribunal du Puy-en-Velay « pour lui demander de constater que les fonds propres de la société ne sont plus de 12,5 M d’€. » En octobre 2017, le tribunal de commerce du Puy-en-Velay avait homologué le protocole de vente de la société entre Nenad Jeremic et Thierry Dai. Ce dernier s’était alors engagé « à assurer une stabilité des fonds propres à un montant minimum de 12,5 millions d’euros, par apports si nécessaires, en comptes courants bloqués, pendant trois ans afin de compenser les éventuelles pertes […] et éviter les difficultés de trésorerie pour les trois prochaines années. » « Des engagements ont été pris, il faut les faire respecter, explique Me Pradal. C’est pourquoi nous adoptons une position légaliste ».
Parallèlement, les syndicats ont refusé de signer le projet de Plan de sauvegarde de l’emploi proposé par la direction, le qualifiant « d’indigent ». Ce PSE unilatéral donc, est désormais entre les mains de la Direccte. « Faute d’accord, les salariés ne vont donc pas terminer fin mars comme annoncé. Nous envisageons plutôt la fin du mois d’avril », termine l’avocat.

Article publié le 23/03/2019 à 13:23
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : L'Eveil
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
20/04/2019 12:14
Demandez le programme !

18/04/2019 10:54
Faites place à l’acrobatie !

18/04/2019 10:20
Les élus délégués vont faire la tournée des popotes
 

13/04/2019 19:17
Vergongheon : 200 poules disparues sur le chemin de l'abattoir, entre la Haute-Loire et l'Allier

 

 


12/04/2019 18:06
Demandez le programme du week-end !

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2019 www.laruche.fr. Tous droits réservés.