La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
" C'est à notre génération de jouer le rôle de relais "
24 Août 2016
Brioude

15°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Centre Hospitalier de Brioude : mobilisation générale

Centre Hospitalier de Brioude :

mobilisation générale
28 Novembre 2009
Grande mobilisation pour l'avenir de l'hôpital
Grande mobilisation pour l'avenir de l'hôpital

Le comité de vigilance du centre hospitalier s’est réactivé vendredi soir lors d’une réunion de mobilisation concernant les menaces sur l’avenir de la chirurgie et plus largement du centre hospitalier.


La salle de réunion de la mairie était bien trop petite vendredi soir pour contenir la centaine de personnes ayant répondu à l’appel de mobilisation du comité de vigilance de l’hôpital. Face au projet de décret Bachelot, visant à fermer les services de chirurgie réalisant moins de 1 500 actes classants, et qui concerne directement Brioude, le comité de vigilance enmené par Serge Longeon, Léon Martin, Gérard Roulleau et Grégory Mallet a décidé de se battre.
Plus d’une centaine de personnes dont le maire Jean-Jacques Faucher, le vice-président du conseil régional André Chapaveire, le conseiller régional Pierre Pommarel, le conseiller général Jean-Noël Lhéritier, quelques élus du Brivadois, du personnel du centre hospitalier, des infirmières libérales et des usagers a participé à la réunion.
Serge Longeon est revenu sur l’origine de la création du comité de vigilance en 2007. Celui-ci avait été mis en place face aux menaces de fermeture de la maternité. Malgré les efforts consentis, la maternité avait fermé ses portes en 2008. Aussi aujourd’hui, le comité de vigilance ne veut croire en une éventuelle fermeture de la chirurgie et plus largement de l’établissement public.
Pour y parvenir, le comité souhaite s’élargir en constituant une association  pour que son champ d’actions soit plus étendu. Le comité veut mobiliser la population mais aussi les médecins, les politiques.
Après avoir refait le générique de l’histoire de l’hôpital de Brioude, de son rapprochement avec la clinique Saint-Dominique principalement marqué par le transfert du service de chirurgie de cette dernière, Serge Longeon a axé son intervention  sur les différents SROS (Schémas d’Organisation de la Santé). Il a rappelé le fort investissement de 17 millions d’euros dans les travaux de l’hôpital pour accueillir la chirurgie et les urgences de l’UPATOU. «Un investissement qui va peser très lourd dans le budget de l’hôpital» précisait Serge Longeon Or les nouvelles réorganisations de la santé au niveau national prévoient que les budgets s’équilibrent (il ne doit plus y avoir de déficit financier)  et que les services de chirurgie doivent réaliser plus de 1 500 actes qualifiants par an pour être autorisés à fonctionner. Pour Brioude, le déficit de l’hôpital est de 2,4 millions d’euros et le nombre d’actes est en dessous de 1 500 (802 actes). Quant au scanner,  l’hôpital attend toujours alors qu’Issoire l’a obtenu. Comme l’a souligné Serge Longeon : «jamais Brioude n’a disposé de structures aussi performantes» mais il y a «un taux de fuite (des patients, NDLR) vers l’extérieur».Jean-Jacques Faucher, maire et président du conseil d’administration du centre hospitalier, a souligné «la modernité de l’établissement brivadois, les activités nouvelles développées (les urgences, la chirurgie), les équipes performantes» et a ajouté: «cet établissement a beaucoup progressé» mais «la situation est devenue critique» avec «le risque de la parution d’un décret portant le seuil pour le maintien d’un service de chirurgie à 1 500 actes classants.» Et d’ajouter : «on ne connaît pas encore le décret!»
Le premier magistrat est ensuite revenu sur les chiffres des actes : 802 actes sans compter ceux de la chirurgie ambulatoire (qui nécessitent un passage au bloc opératoire). Au total, le centre hospitalier recense 2 361 entrées en bloc. Au niveau régional la fermeture d’établissements comme Brioude poserait un véritable problème de santé. Comment accueillir et soigner 17 500 personnes obligées de se diriger sur la capitale auvergnate. Un exercice mathématique impossible à résoudre : la capicité du CHRU et des cliniques privées n’est pas suffisante.Pour André Chapaveire «il faut une mobilisation de la population, de chaque conseil municipal, de chaque communauté de communes, c’est la seule solution» pour «avoir une égalité dans la santé».


Article publié le 28/11/2009 à 18:56
Auteur : Jean-Baptiste DUTEURTRE
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Haute-Loire : il est certain d'avoir filmé le loup

 Est-ce un chien ? Est-ce un loup ? Pour l'instant le mystère reste entier même si pour l'auteur de cette vidéo, Jean-Pierre Chausse, cela ne fait aucun doute.



lire la suite

Fil info
 
20/08/2016 16:47
" C'est à notre génération de jouer le rôle de relais "

20/08/2016 12:32
Azérat est en fête

18/08/2016 19:23
Quatre blessés dans une collision frontale à Saint-Vert

18/08/2016 09:57
Sécurité routière : le bilan provisoire de l’accidentalité

16/08/2016 18:49
Important feu de forêt sur la commune de Chaniat

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2016 www.laruche.fr. Tous droits réservés.