http://www.bonyautomobiles.com/renault-occasions-arrivage-de-vehicules-recents-10-kms/
 
 
La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Lempdes-sur-Allagnon : quatre blessés sur la 102 dans un carambolage
18 Octobre 2018
Brioude

7°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Caroline Chevalier : l'opportunité de danser sa vie

Caroline Chevalier : l'opportunité de danser sa vie

01 Décembre 2017
Caroline Chevalier enseigne le modern jazz à l’ASB depuis 30 ans cette année. L’occasion de proposer un spectacle le 3 février prochain à la Halle aux grains de Brioude.
Caroline Chevalier enseigne le modern jazz à l’ASB depuis 30 ans cette année. L’occasion de proposer un spectacle le 3 février prochain à la Halle aux grains de Brioude.

La passion de la danse habite Caroline Chevalier depuis son plus jeune âge. En faire son métier a cependant été une opportunité, plus qu’une vocation...


« J’ai toujours aimé danser. Je pourrais passer des heures à danser seule chez moi. C’est mon moyen d’expression. Ça m’est vital ! Je ne pourrais pas vivre sans. Mon corps et mon esprit y aspirent… »
Caroline Chevalier est entrée dans la danse à 6 ans. « À l’époque, je faisais du contemporain ». Mais dès 9 ans, c’est dans le modern jazz qu’elle s’est réellement épanouie. « C’est pourtant un style de danse qui a fait son apparition assez tard, dans les années 80, grâce aux comédies musicales de Broadway, comme Fame et West Side Story, détaille la danseuse. Et c’est ma source d’inspiration encore aujourd’hui dans mes propres spectacles. »
Pourtant, si la danse l’habite depuis sa plus tendre enfance, Caroline n’aurait jamais imaginé en faire son métier un jour. « C’était un loisir, une passion, mais je n’étais pas dans l’optique d’en faire ma vie », explique-t-elle.
À 18 ans, son bac option histoire de l’art et dessin en poche, Caroline Chevalier se destinait à une école de maquillage pour le théâtre et le cinéma à Paris. Si sa vocation était donc au départ loin du monde de la danse, elle restait quoi qu’il en soit dans celui de l’art. « Mais je n’ai finalement jamais mis les pieds dans cette école. L’UGB a fait appel à moi avant même que je ne commence mes études supérieures. C’est à partir de ce moment-là que je me suis dit : “Et finalement pourquoi pas en faire mon métier ?” »
Aujourd’hui, Caroline Chevalier n’a aucun regret. Au contraire. « C’est un plaisir de me lever tous les matins. Je n’ai pas l’impression d’aller travailler. Et faire de sa passion son métier, c’est assez rare de nos jours… ». Et plus que danser, ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est l’enseignement : « J’adore transmettre ma passion aux enfants. Et le métier de chorégraphe est encore plus passionnant. »

Géraldine Garcia

(La suite de l'article est à retrouver dans notre édition
du vendredi 1er décembre).


Article publié le 01/12/2017 à 08:59
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
17/10/2018 20:18
Lempdes-sur-Allagnon : quatre blessés sur la 102 dans un carambolage

13/10/2018 20:14
Fuite de gaz, impasse de la Cartellerie à Brioude

12/10/2018 16:36
Demandez le programme du week-end !

10/10/2018 07:21
Une femme percutée par un train au Breuil-sur-Couze

05/10/2018 16:44
Demandez le programme !

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2018 www.laruche.fr. Tous droits réservés.