La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Aubazat : l'auberge des Trois vallées a pris feu dans la nuit
16 Octobre 2019
Brioude

14°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Brassac-les-Mines : un tatoueur au regard unique

Brassac-les-Mines : un tatoueur au regard unique

01 Octobre 2019
Habitant de Chambezon, Vincent Cammarota a commencé à tatouer à l’âge de 19 ans : « mais j’ai appris à tatouer à l’âge de 18 ans, avec un ancien détenu qui tatouait justement en prison ».
Habitant de Chambezon, Vincent Cammarota a commencé à tatouer à l’âge de 19 ans : « mais j’ai appris à tatouer à l’âge de 18 ans, avec un ancien détenu qui tatouait justement en prison ».

À 37 ans, Vincent Cammarota vient d’ouvrir un salon de tatouage à Brassac-les-Mines avec sa compagne Sonia. Rencontre avec un tatoueur pas tout à fait comme les autres…


Des tatouages sur le visage, le crâne, les bras, les jambes et même les yeux… Son physique est aussi atypique que fascinant. Au premier abord, Vincent Cammarota pourrait même faire peur, ou du moins surprendre. Mais il suffit de lui adresser la parole pour voir que c’est un garçon gentil et avenant, qui se confie sans filtre.

Avec un physique pareil, on pourrait s’en douter, Vincent est tatoueur depuis de nombreuses années. « Difficile de faire autre chose avec mon apparence. On m’a offert ma première machine à tatouer il y a 14 ans. Mais je tatoue sur moi et mes proches pour le plaisir depuis mes 19 ans. » Jusqu’au jour où il a décidé d’en faire sa vie et son métier, toujours pour le plaisir.

L’injection d’encre dans le blanc des yeux

Son premier salon de tatouage, il l’a ouvert à Grenoble il y a six ans avec un apprenti sous son aile. « Je faisais trois heures et demie de route trois fois par semaine pour aller tatouer là-bas. » Mais atteint de problèmes de santé qui touchent ses articulations, notamment des mains, il a dû arrêter de tatouer durant plusieurs mois. « Ensuite, un ami m’a prêté un local à Moriat (près de Lempdes-sur-Allagnon, ndrl) pour m’aider à relancer mon activité, après quelques années d’arrêt. Mais ça a duré moins d’un an. » Jusqu’au mois d’août dernier, où Vincent et Sonia, sa compagne, ont eu l’opportunité d’ouvrir un nouveau salon ensemble à Brassac-les-Mines, près de la gare. Un salon pas tout à fait comme les autres puisqu’il est spécialisé dans le tatouage énergétique…

Tatoueur et magnétiseur

Le tatouage énergétique, c’est quoi ? « Il se destine aux personnes qui ont un problème. En fonction du problème qu’elle rencontre, on tatoue un motif particulier, souvent des mantras tibétains, vecteurs d’énergie positive », explique le jeune tatoueur. Il s’agit, à travers le tatouage, d’une harmonisation énergétique sur tous les plans, aussi bien mental que physique, émotionnel que spirituel. Selon Vincent Cammarota, il permet de se reconnecter à sa propre énergie. Une philosophie de vie qui se retrouve dans le nom qu’il a choisi pour son salon : Kundalin’ink, qui vient de « kundalini ». « Une philosophie shivatéiste (bouddhiste) basée sur une puissante énergie spirituelle et cosmique, qui vit à travers nous et peut s’éveiller grâce à nos chakras ».

Une âme tourmentée…

Et si Vincent est si sensible au mal-être de gens qu’il rencontre, c’est que lui-même a traversé de mauvaises passes. Des périodes noires et troubles qu’il a désiré représenter sur son propre corps. Car ses tatouages, pour la plupart, Vincent se les est faits tout seul. « Même sur le visage, avec l’aide d’un miroir, souligne-t-il. Quel meilleur terrain d’entraînement que son propre corps ?

Géraldine Garcia

(L'article dans son intégralité est à retrouver
dans notre édition du vendredi 27 septembre 2019)


Article publié le 01/10/2019 à 10:55
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
13/10/2019 15:57
Aubazat : l'auberge des Trois vallées a pris feu dans la nuit

11/10/2019 14:08
Demandez le programme !

08/10/2019 20:02
Illustration Claude Tisseur.
Saint-Pal-de-Sénouire : la jambe écrasée par un tracteur

04/10/2019 09:45
Demandez le programme du week-end !

27/09/2019 14:58
Demandez le programme !

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2019 www.laruche.fr. Tous droits réservés.