La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Solidarité et bienveillance s'installent de part et d'autre
02 Avril 2020
Brioude

10°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Basilique Saint-Julien : 170 ans d’histoire à restaurer

Basilique Saint-Julien : 170 ans d’histoire à restaurer

08 Mars 2020
Jusqu’au 3 avril, un échafaudage est installé sur le parvis de la basilique Saint-Julien.
Jusqu’au 3 avril, un échafaudage est installé sur le parvis de la basilique Saint-Julien.

Durant un mois, notre belle basilique Saint-Julien va subir une restauration complète de l’intérieur de son clocher occidental.

 


Annoncés depuis plusieurs mois, les travaux du clocher du massif occidental de la Basilique Saint-Julien ont bien débuté cette semaine, avec l’installation, dans un premier temps, d’échafaudage sur le parvis du monument historique. Avant la restauration complète du plancher et de l’escalier de la chambre des cloches. Une partie de l’édifice méconnue des visiteurs datant d’au moins 170 ans.

Détruit puis reconstruit

Si la basilique Saint-Julien a été érigée entre les XIe et XIIe siècles, ce n’est pas le cas de son clocher du massif occidental visible aujourd’hui. Cette partie de l’édifice a été « reconstruite » en 1847 par l’architecte Auguste Bravard. Reconstruite ? Oui, car les écrits et les tableaux suggèrent que la basilique Saint-Julien avait bien deux clochers au Moyen-Âge. Mais la tour, côté parvis, a subi le courroux des destructions révolutionnaires. Ainsi, « on peut estimer que le plancher et l’escalier de la chambre des cloches datent au moins de cette époque de reconstruction du clocher », fait savoir Alain Flour, directeur des services techniques de la Ville. Soit plus de 170 ans. Le temps a depuis fait son œuvre, certes bien aidé par quelques infiltrations d’eau et des décennies de présence des pigeons. Car avant 1992 et l’installation d’abat-sons et de grillages, les oiseaux allaient à leur guise dans la chambre des quatre cloches. Laissant derrière eux des traces acides de leur passage.

À cette période, un diagnostic avait fait état de signes de faiblesse du clocher. Difficile d’accès, cette partie de l’édifice, à plus de 25 mètres de hauteur, n’est pas accessible aux curieux. C’est aussi la raison pour laquelle un échafaudage est installé, permettant l’ascension des artisans de l’entreprise Chabanon et du matériel par l’extérieur. Prévue jusqu’au 3 avril, cette rénovation va coûter 22.000 € dont 70 % financés par des subventions de l’État et du Département.

« C’est du bois ancien, très usé par le temps. Nous allons refaire à l’identique le plancher et l’escalier et remplacer le bois mort par du pin sylvestre, très résistant », fait savoir la menuiserie Chabanon. Sans toucher aux quatre imposantes cloches et au mécanisme qui les déclenche. La menuiserie altiligérienne a désormais un mois pour redonner son éclat d’antan à cette partie intérieure de l’édifice.


Article publié le 08/03/2020 à 09:51
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
29/03/2020 13:43
Solidarité et bienveillance s'installent de part et d'autre

 

28/03/2020 09:10
Covid-19 : un centre médical pour les patients potentiellement infectés, à l'Île d'amour à Langeac

28/03/2020 08:51
Fin de saison pour les rugbymen amateurs

27/03/2020 20:55
Covid-19 : premier mort en Haute-Loire

26/03/2020 15:57
L'incivilité des gens touche la ville

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2020 www.laruche.fr. Tous droits réservés.