La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Du ski de fond et des raquettes à neige à Jax !
19 Février 2018
Brioude

4°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > Attention, les chenilles attaquent !

Attention, les chenilles attaquent !

06 Février 2018

Les chenilles processionnaires du pin gagnent du terrain dans le Brivadois comme dans le Bassin minier. Après les bois, ce sont maintenant les zones habitées qui sont touchées.


 Autrefois cantonnée au sud de la France, la chenille processionnaire du pin est en passe de coloniser l’ensemble de la France. Et la Haute-Loire n’est pas exempte de la présence de ces hôtes indésirables. Depuis une dizaine d’années déjà, ces bestioles très urticantes ont atteint la Haute-Loire, installant leurs nids en lisières des forêts de pins. Mais depuis quelques mois, elles ont fait une arrivée remarquée dans les jardins des particuliers.

27 jours de travail  pour éliminer 2.000 nids
 
À Paulhac, c’est une habitante qui a prévenu Annie Bard, la maire de la commune. « Sur des propriétés bâties, plusieurs pins sont infestés par ces chenilles. » Vérification faite, aucun nid n’est présent près de l’école ou de la salle communale. Soulagement. Il n’empêche qu’Annie Bard ne prend pas à la légère cette arrivée indésirable. Elle s’est renseignée sur ce sujet nouveau pour elle. « Il faut prévenir des dangers sans faire peur. »
À Sainte-Florine, où les chenilles ont semé le désordre en mars dernier, en venant incommoder joueurs et spectateurs au stade Fondary, on prend cette affaire très au sérieux. Il faut dire qu’avec 150 pins sur l’espace public, dont la majorité au stade, Sainte-Florine est très impactée. Nicole Chassin, la maire, s’était vue dans l’obligation de fermer le stade pendant une semaine. Les chenilles s’étaient même invitées sur le parking de l’école. Cette année, les services techniques de la ville ont donc déployé les grands moyens. « Depuis début décembre, les agents travaillent un jour sur deux aux nids de chenilles, explique Philippe Cubizolles, le responsable des services techniques. Cela représente 27 jours de travail et plus de 2.000 nids détruits. C’est la première année que nous y passons autant de temps. » Juché sur une nacelle élévatrice, un agent muni d’un échenilloir, sorte de scie montée sur un long manche, coupe les branches sur lesquels des cocons se sont installés. Une technique efficace, mais qui à terme, menace les arbres. D’autant que selon Philippe Cubizolles, cette intervention très chronophage suffit seulement à « contenir le problème ».
C’est pourquoi la commune mène des actions sur le long terme. « Nous allons lancer une campagne d’installation de nichoirs pour les mésanges, qui sont les plus gros prédateurs des chenilles. Et au fur et à mesure, nous allons couper les pins pour les remplacer par d’autres essences comme les sorbiers et reconstituer des bosquets pour nourrir les oiseaux », détaille la maire Nicole Chassin. Au final, c’est toute une biodiversité qui va revenir, un moyen naturel de réguler les populations de chenilles.
Mais si des actions sont entreprises sur le domaine public, il reste le problème des infestations chez les particuliers. « Nous demandons aux gens de faire le nécessaire pour détruire les nids qu’ils ont chez eux, mais on ne peut pas les obliger », regrette Nicole Chassin. Pourtant, l’élue est persuadée que la solution passe par la pédagogie et elle informe ses administrés régulièrement sur le sujet. « Dans les parcs publics et les stades, nous avons placé des panneaux d’information. Il faut que, quand les gens voient des chenilles, ils fassent attention. Nous communiquons très en amont de la période des processions pour éviter la panique. Il s’est dit tout et n’importe quoi l’année dernière. »
Une chose est sûre, les chenilles processionnaires sont là pour rester, et il va falloir apprendre à vivre avec.

Article publié le 06/02/2018 à 09:24
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : L'Eveil
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Haute-Loire : il est certain d'avoir filmé le loup

 Est-ce un chien ? Est-ce un loup ? Pour l'instant le mystère reste entier même si pour l'auteur de cette vidéo, Jean-Pierre Chausse, cela ne fait aucun doute.



lire la suite

Fil info
 
17/02/2018 11:54
Du ski de fond et des raquettes à neige à Jax !

16/02/2018 17:16
Demandez le programme !

16/02/2018 17:10
Le SCB soigne ses partenaires

09/02/2018 16:31
Demandez le programme !

08/02/2018 10:26
Football : matches de district reportés

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2018 www.laruche.fr. Tous droits réservés.