La ruche
 
Logo la ruche
L’hebdomadaire de Brioude et sa région
Demandez le programme !
15 Décembre 2019
Brioude

9°C
       
je m'abonne
Journal papier
Newsletter
Nous contacter
 Accueil VidÉothÈque Pages MAGAZINE S'abonner MÉtÉo
Consulter les annonces | Hippisme | Recettes | Sondage | Commentaires  
La Ruche > 365 jours après, ils sont toujours là...

365 jours après, ils sont toujours là...

15 Novembre 2019

Une année… Une année que le mouvement des gilets jaunes a été lancé un certain 17 novembre, une année de mobilisation pour ceux du rond-point de la Limagne.


Vendredi 8 novembre, 13 h 30 sur le rond-point de la Limagne. Une poignée de gilets jaunes bravent les premiers froids de l’hiver. Une impression de déjà-vu. Comme si le temps s’était figé. Parmi les têtes : Dominique, Hervé, Muriel. Ils n’ont pas quitté le navire depuis le samedi 17 novembre 2018… Un an déjà. La marée jaune des premiers jours a laissé place à une petite flaque d’« énervés », et si certains ont regagné leurs pénates – « la faute aux vies de familles, aux journées trop chargées, aux pressions des patrons », entend-on ici ou là –, les plus valeureux continuent le siège… 365 jours qu’ils gardent le rond-point de la Limagne comme une forteresse. 365 jours qu’ils se relaient avec leurs camarades pour montrer que leur détermination ne faiblit pas.

« À terme, si rien ne bouge, on se dirige soit vers le fascisme soit vers la révolution »

Les forces de l’ordre leur ont demandé de démonter leur cabane faite de bric et de broc en décembre 2018, puis d’ôter leur barnum en avril 2019. Qu’importe le flacon, « l’ivresse » des revendications est toujours là. « Depuis l’année passée, rien n’a changé, c’est même pire. On était descendu dans la rue pour le prix du gasoil, l’augmentation a finalement eu lieu… La prime Macron ? Elle a été touchée par les salariés des grandes entreprises, les autres sont passés à côté. Pire encore, certains, comme moi, ont vu la réforme diminuer de 100 € leur prime d’activité », explique Muriel.

Aussitôt complétée par Hervé, le monsieur chiffres des gilets jaunes. « Sur une année glissante, l’électricité a augmenté de 10 %, les assurances de 4 à 5 %… À l’inverse, les pensions des retraités ont baissé depuis 2013 de 12 % sur l’inflation légale… ». « Et on n’a pas tout vu encore, insiste Dominique : la réforme du chômage va continuer avec une seconde salve destructrice en avril, avec la réforme des allocations familiales, et la très “attendue” réforme des retraites… »

Les médias et la police mis au pilori

Mais si rien n’a changé, pourquoi la mobilisation s’est-elle essoufflée ? Pour les contestataires du premier jour deux principaux responsables : la répression policière et la compromission des médias. « Ce qui a vraiment fait du mal, c’est la violence des répressions policières du 8 décembre 2018 et toutes celles qui ont suivi. Cela fait 16 ans que je suis de tous les combats explique Muriel, je n’ai jamais vu ça...»

Déborah Layris

(L'article dans son intégralité à retrouver dans notre édition du 15 novembre)


Article publié le 15/11/2019 à 14:22
Auteur : Redaction Laruche
Crédits photos : La Ruche
Retour
 
Réagissez à cet article

Commentaires :
Lien permanent : 
 
 
Video
video
Festicar : retour en vidéo sur cette édition de folie !


lire la suite

Fil info
 
13/12/2019 09:19
Demandez le programme !

06/12/2019 16:34
Téléthon : quand les bénévoles se dépassent

06/12/2019 15:56
Demandez le programme !

30/11/2019 14:24
Haute-Loire : Reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour plusieurs communes

29/11/2019 14:55
Demandez le programme !

Toutes les brèves


 
 

Guide Estival Haute-Loire 2016

PETITES ANNONCES AUTOMOBILES

  haut de page
l'eveil
Espace abonnés
> M'abonner

Multimédia
> Vidéothèque

Petites annonces
> Immobilier
> Automobile
> Emploi

Services
> Météo
> Plans itinéraires
> Pages jaunes
Mentions légales - Contact
Copyright © 2019 www.laruche.fr. Tous droits réservés.